2024 – REPLAY – QUE PEUT-ON ATTENDRE DES ETATS GENERAUX DE L’INFORMATION ?

    537

    Mardi 12 mars 2024 de 8h45 à 10h00

    Thème : QUE PEUT-ON ATTENDRE DES ETATS GENERAUX DE L’INFORMATION ?

    Invités : Christopher BALDELLI – Président de Public Sénat et du Groupe de Travail L’avenir des médias d’information et du journalisme des EGI et Christophe DELOIRE – Délégué général du Comité de pilotage des Etats Généraux de l’Information, Secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) et président du Forum sur l’information et la démocratie

    Animé par Hubert Coudurier – Le Télégramme

    Emmanuel Macron en avait fait la promesse lors de sa campagne. Le 3 octobre dernier, un chantier a été lancé sur le monde de l’information dans l’optique de poser les bases d’un modèle d’espace médiatique et numérique pour les générations à venir. Un comité de pilotage indépendant a pour mission de proposer d’ici l’été 2024 un plan d’actions concrètes pour le droit à l’information en s’appuyant sur les contributions des professionnels, des citoyens et des chercheurs.
    Parmi les sujets abordés : le pluralisme dans les médias, la gouvernance des rédactions, les manipulations de l’information, l’indépendance éditoriale, la viabilité économique des médias, l’éducation aux médias et le pouvoir d’agir, la protection des journalistes et de leurs sources, en France et à l’étranger, les enjeux liés aux innovations technologies.
    Ce qui n’a pas manqué de faire réagir certains médias (Médiapart, Politis, Reporterre, Médiacités,…) qui se sont mobilisés contre, pensant que le pouvoir prétendait ainsi réformer son contre-pouvoir. Quant aux citoyens, il semblerait qu’ils ne se soient pas passionnés par le sujet.

    Quelle est la raison d’être des États généraux de l’information ?
    L’indépendance de ces États généraux est-elle garantie ?
    La réaction des journalistes n’a pas été unanime quant à ce chantier. Pourquoi ?
    Quels grands dangers menacent les médias français aujourd’hui ?
    Ces états généraux vont-ils réellement panser les plaies de l’information en France ?
    Peut-on garantir l’indépendance éditoriale par la voie législative ?
    Quel doit-être le rôle de l’actionnaire sur la ligne éditoriale ?
    Pourquoi les Français ne se sentent-ils pas concernés ?